ACTUALITES  de   La   REUNION

2014 : année exceptionnellement chaude 
suite à un dernier trimestre record

La thermométrie

A La Réunion, malgré un dernier trimestre et un second semestre record (température moyenne globale la plus élevée depuis que Météo-France mesure les températures sur un nombre suffisamment représentatif de stations), l'année 2014 ne se classe qu'au 2ème rang des plus chaudes depuis 1969 (classement établi à partir de 6 postes homogénéisés et spatialement bien répartis entre les bas et les hauts sur l'île). 
L'écart à la normale1 1981-2010 s'élève à +0,7°C pour la température moyenne annuelle. L'année la plus chaude jamais enregistrée demeure 2011 pour 4 centièmes de degrés. 
Les températures maximales annuelles affichent un écart de +1°C par rapport à la normale (2ème rang également après 2011) alors que, pour les températures minimales, l'écart à la normale est plus mesuré (+0,4°C soit le 4ème rang sur 46 ans). 

Fait remarquable pour cette année 2014 : les Réunionnais n'ont jamais connu, dans les annales, une chaleur aussi forte lors des mois d'octobre  (
+1,65°C par rapport à la normale), de novembre (+1,3°C) et de décembre (+1,3°C).

Anomalies de températures à La Réunion depuis 1969
(établies à partir de 6 postes réparties de manière homogène sur le territoire)

1 normale : moyenne sur la période trentenaire 1981-2010

Tn : température minimale moyenne
​Tx : température maximale moyenne
​Tm : température moyenne

 

Pour Gillot-Aéroport (début des mesures en 1953) et Le Port (début des mesures en 1969), 2014 est l'année la plus chaude jamais enregistrée alors que pour Pierrefonds-Aéroport, c'est la seconde la plus chaude depuis le début des mesures en 1969 (après 2011).

Ci-dessous, les évolutions des anomalies de températures minimales et maximales quotidiennes (par rapport à la pseudo-normale 1981-2010) pour le poste de Gillot-Aéroport (période allant du 1er janvier au 31 décembre 2014) qui mettent en évidence les températures particulièrement élevées lors du dernier trimestre.

Par contre, en métropole, malgré la petite vague de froid de fin décembre, 2014 devient l'année la plus chaude depuis 1900 (+1,2°C par rapport à la normale 1981-2010) devançant 2011 (précédemment la plus chaude) de 1/10ème de degrés. A l'échelle mondial, 2014 devient également l'année la plus chaude depuis 1880.

 

La pluviométrie

Le bilan des précipitations à La Réunion (bien qu'incomplet car il manque encore quelques données de stations bénévoles à ce jour) va être fortement déficitaire, autour de -16%, soit le déficit le plus important depuis 2001. L'année 2014 se classe au 12ème rang des plus sèches depuis 1969.
La moitié sud-ouest (la moins arrosée) limite les déficits à environ 6% alors que l'on retrouve sur la moitié nord-est les déficits les plus importants (-22% en moyenne).


En 2014, un seul mois a été excédentaire (janvier, grâce aux pluies de Bejisa), les 11 autres mois ont tous présenté des bilans déficitaires et notamment le mois de juin (le plus sec depuis 50 ans avec -70%).
La saison des pluies 2014 (janvier-avril) affichait un déficit global autour de 14% alors que la saison sèche (mai à novembre) présentait un bilan plus largement déficitaire (proche de 30%), le mois de décembre finit l'année avec un déficit plus limité, proche de 5%.
Le mois le plus arrosé de 2014 est celui de janvier (690 mm de cumul moyen par station) et le mois le plus sec celui de juin (35 mm en moyenne par station).