ACTUALITES  de   La   REUNION

2015 : année pluvieuse et chaude 
 

Bilan des précipitations*   

 

Le bilan pluviométrique de 2015 (avec 7 mois excédentaires et les 5 autres déficitaires) affiche un excédent global moyen proches de 20%, soit le plus fort excédent depuis 2007 (année de Gamede), ce qui classe 2015 comme la 9ème année la plus pluvieuse depuis 1969.
rang
rapport

Sur pratiquement tous les postes de La Réunion, les cumuls pluviométriques de 2015 sont plus élevés que les normales (moyennes sur la période 1981-2010) ; il n'y a que 3 postes qui sont très légèrement déficitaires (Bras-Sec, Commerson et Grand-Coude).
Les excédents les plus marqués cette année (mais pour des cumuls plus faibles) sont situés sur des postes du littoral ouest.

Malgré des déficits importants en février et en avril, le bilan de la saison des pluies 2015 (janvier à avril) affiche un excédent global d'environ 20% par rapport à la normale 1981-2010, ce qui la classe au 9ème rang des plus pluvieuses depuis 50 ans et la plus arrosée depuis 1993, mais à égalité avec les périodes janvier-avril 2006 (Diwa) et janvier-avril 2007 (Gamede).
Lors de la "saison sèche" (mai à novembre), les périodes humides et sèches alternent mais le bilan global se révèle finalement légèrement excédentaire (+10% en moyenne), c'est la saison sèche la plus arrosée depuis 2010.  
Enfin le mois de décembre, après avoir commencé très timidement avec une première partie du mois (jusqu'au 8) très faiblement pluvieuse, s'achève par une fin de mois particulièrement arrosée, notamment sur la commune de St-Philippe, où des pluies d'intensité exceptionnelle surviennent lors de la nuit du réveillon du 31 décembre.
Les cumuls annuels de 2015 s'échelonnent de 869 mm Au Port (poste le moins arrosé) à 11209 mm sur les Hauts de Ste-Rose (poste, comme de coutume, le plus arrosé de l'île). A titre de comparaison, le cumul annuel moyen de pluie est d'environ 650 mm à Paris.
Cette année, seuls 5 postes n'atteignent pas un cumul d'un mètre de pluie (1000 mm). 
Le cumul annuel moyen en 2015 (par poste de La Réunion) s'élève autour de 3200 mm, alors qu'en année normale, ce cumul s'établit à 2640 mm.
cumul
Le mois le plus pluvieux de 2015 est celui de mars (650 mm de cumul en moyenne par station) et le mois le plus sec celui de juillet (60 mm en moyenne par station).
 
extreme
L'année 2015 ressort comme une année exceptionnelle à l'étude du nombre de jours significativement pluvieux (cumul >= 5 mm dans les Bas et 10 mm dans les Hauts sur, au moins, la moitié de 14 postes de La Réunion). Elle  se classe, en effet, au 1er rang depuis 1969  avec un peu plus de 50% de journées pluvieuses en plus (soit 56 jours au total) que lors d'une année normale (37 jours).
* Bilan provisoire (pour les précipitations) car il manque (au moment de la publication de cette actualité) les données de quelques stations à mesure manuelle.

 

Bilan des températures 

 
Mis à part le premier trimestre qui est resté proche des normales saisonnières, les 3 autres trimestres ont connu des températures nettement plus élevées que d'ordinaire, ce qui permet à l'année 2015 de se classer au 3ème rang des plus chaudes depuis près de 50 ans (classement établi à partir de 6 postes homogénéisés et spatialement bien répartis entre les bas et les hauts sur l'île).
L'écart à la normale* s'élève à +0,7°C pour la température moyenne annuelle. L'année la plus chaude jamais enregistrée demeure 2011 (5 centièmes de degré de plus que 2015), suivie par 2014 (2 centièmes de plus que 2015).
Au niveau mondial, 2015 devient l'année la plus chaude depuis 1880 alors qu'en métropole elle se classe au 4ème rang (après 2014, 2011 et 2003).
températures

Les températures maximales annuelles affichent un écart de +0,9°C par rapport à la normale (3ème rang) alors que, pour les températures minimales, l'écart à la normale est plus mesuré (+0,5°C mais ce qui les classent également au 3ème rang des plus douces depuis 50 ans).    

Fait remarquable pour cette année 2015 : La Réunion n'a jamais connu, dans les annales, une chaleur aussi forte lors des 3 derniers trimestres (avril à décembre 2015)