ACTUALITES  de   La   REUNION

Saison des pluies 2015-2016 : pluviométrie contrastée et températures élevées

 

Bilan des précipitations

 

La saison des pluies débute tardivement à la fin du mois de décembre. En effet, dans le flux de nord en liaison avec un minimum dépressionnaire, des bandes convectives convergent du 29 au 31 sur le département en donnant des pluies modérées à localement fortes. Grâce à cet épisode, la pluviométrie mensuelle jusqu'alors déficitaire devient largement excédentaire sur l'ensemble du département (+90% en moyenne).

En revanche, en l'absence d'épisode pluvieux significatif, le mois de janvier est nettement plus sec entre des pluies très passagères d'alizés et des ondées ponctuelles parfois orageuses d'évolution diurne. Cela se traduit par un déficit global qui avoisine les 45%.

rapport
Changement de temps le mois suivant : du 5 au 10 février, des bandes pluvio-instables (liées au système perturbé qui va donner naissance à DAYA) arrosent copieusement le département, mais c'est du 7 au 9 que les pluies sont les plus marquées sur une grande moitié est, notamment dans les Hauts et les Cirques.  Après cela, un épisode pluvieux moins important se produit en 3ème décade (pluies généralisées du 24 au 27), mais avec des averses orageuses localement très fortes l'après-midi (du 23 au 28).  Au final, avec un excédent de 10%, c'est le mois de février le mieux arrosé depuis 2007 (Cyclone GAMEDE). 

Le mois de mars est un peu à l'image du mois de janvier. Pas d'épisode pluvieux vraiment marquant mis à part l'épisode orageux du 16 avec des pluies généralisées localement fortes. Les alizés sont très ponctuellement plus humides et instables en 1ère décade (les 5 et 8). Résultat : un bilan très déficitaire (-40% en moyenne).

Dans la continuité de mars, le mois d'avril est fortement déficitaire (-55% en moyenne). Ce qui le situe au 3ème rang des mois d'avril les plus secs depuis 48 ans. Cela s'explique par l'absence d'épisode pluvieux conséquent, malgré quelques alizés temporairement plus humides en 2ème décade (du 11 au 16) qui arrosent surtout le Sud-Est (les 12 et 13 en particulier). Par ailleurs en 3ème décade sur le Sud-Ouest, on observe deux petits épisodes instables (les après-midis du 21 et du 27) qui donnent localement de fortes ondées des Avirons à St-Pierre . 
cumul
rang

Au final, la saison des pluies 2015-2016 affiche un déficit global de 12% par rapport à la normale 1981-2010. Ce qui la classe au 18ème rang des plus sèches depuis 48 ans.

Parmi les secteurs déficitaires, on remarque principalement : Sainte-Marie,  Sainte-Suzanne, Saint-André, Bras-Panon, Salazie, les hauts de Saint-Benoît et Rivière de l'Est.   

A l'inverse, la frange allant des Avirons à Saint-Philippe ainsi que la région de Saint-Paul au Port sont excédentaires, voire très excédentaires pour les secteurs de Bois-de-Nèfles Saint-Paul, Les Avirons, Saint-Joseph et Saint-Philippe.

   
 

Bilan des températures *

 

En plein pic d'El Niño, l'année 2015 s'est terminée avec des températures proches des records de saison. Le dernier trimestre (d'octobre à décembre), avec un écart à la normale de +1,1°C, se classe au 2ème rang des plus chauds juste après 2014.

Le début d'année 2016 (de janvier à mars) continue sur cette lancée, avec un écart de +0,7°C et un classement au 2ème rang des plus chauds. On notera que le record pour ce trimestre a eu lieu en 1998 lors du précédent très fort El Niño.

En avril, l'épisode s'est maintenant fortement atténué pour revenir à des conditions presque neutres.

températures
Au final, de décembre à avril, soit sur l'ensemble de la saison des pluies 2015-2016, la température moyenne est égale à 27,0°C, soit 0,8°C au-dessus de la normale 1981-2010, ce qui la situe au 1er rang des plus élevées devant 2010 et 2009.

 

* sur le littoral, à la station de Gillot-Aéroport