Le régime des brises

Un mécanisme, d'origine thermique, génère des brises sur le rivage de La Réunion.

La brise de mer

Au cours de la journée, le sol se réchauffe sous l'action du rayonnement solaire alors que la température de la mer varie peu. Par conduction, puis par convection, la chaleur emmagasinée par le sol réchauffe l'air des basses couches de l'atmosphère.
L'air chaud se dilate et des mouvements ascendants se développent entraînant la condensation des particules d'air et la formation de cumulus. Dans le même temps, près du sol, un afflux horizontal d'air océanique vient compenser l'ascendance d'air sur terre : c'est la brise de mer.
brise de mer Réunion
Pour que la brise puisse se déclencher, le vent doit être faible. Sur la côte au vent, les alizés soufflent en général trop fort et mélangent les masses d'air empêchant la mise en place du contraste de température nécessaire. La côte la plus favorable au développement de la brise de mer est donc la côte sous le vent.

La brise de terre

Au cours de nuit, le phénomène s'inverse. Par ciel dégagé, le sol se refroidit rapidement par rayonnement alors que la mer, en raison de son inertie thermique, reste tiède.
Les courants ascendants prennent naissance sur mer et un courant de compensation venant de la terre s'établit : c'est la brise de terre.
A La Réunion, la brise de terre est renforcée par le relief. En effet, l'air froid et dense qui se trouve en altitude va, sous l'effet de la gravité, s'écouler le long des pentes et accélérer la brise de terre.

brise de terre Réunion
Sous le vent de l'île, les brises de terre s'établissent peu de temps après la tombée de la nuit. Sur la côte au vent, à l'inverse du cas précédent, la résultante de la brise de mer et des alizés tend à écarter le vent de la côte, si bien que les alizés ne soufflent quasiment plus la nuit.
L'influence des brises sur le flux d'alizé
Les brises de mer ou de terre se composent avec le flux d'alizé et modifient l'orientation de ce dernier. Si cette dernière modification est moins brutale que celle exercée par le relief, la légère variation de direction qu'elle engendre sur le vent est néanmoins particulièrement sensible sur les zones de transition entre les zones ventées et déventées. La figure du haut montre les différentes composantes du vent pendant une journée où le flux d'alizé est classiquement orienté au sud-est (flèches bleu clair). Comme le montre la figure du flux de sud-est, les villes de Saint-Denis et de Saint- Gilles sont situées dans la zone C (régions déventées). En cours de matinée, les brises de mer s'installent (flèches rouges). Elles soufflent perpendiculairement à la côte. La brise de mer et le flux d'alizé s'additionnent et les résultantes de ces deux vecteurs (flèches orange) ont une direction est-sud-est sur la façade nord et sud-sud-est sur la façade sud-ouest. Avec ces nouvelles orientations, les villes de Saint-Denis et Saint-Gilles se trouvent dans la zone B et ne sont plus dans la zone déventée.
Les brises de mer permettent donc au vent de "rentrer" sur les zones côtières en cours de matinée.
En soirée (figure du bas), les brises de mer disparaissent et les brises de terre s'installent (flèches bleues). Les résultantes (flèches vert foncé) des vecteurs brises de terre et flux d'alizé donnent alors des directions sud-sud-est sur la façade nord et est-sud-est sur la façade sud-ouest. Saint-Denis et Saint-Gilles se retrouvent de nouveau dans la zone déventée C. Cette zone déventée s'est même étendue à l'ensemble de la façade nord et de la façade sud-ouest.

brise de terre Réunion

Brise de mer et flux d'alizé


brise de terre Réunion

Brise de terre et flux d'alizé

L'influence des brises sur la force des alizés
La nuit, par ciel dégagé, le sol se refroidit rapidement par rayonnement. Ce refroidissement se propage alors aux basses couches de l'atmosphère. Une pellicule d'air froid et dense en contact avec le sol se forme. Cette pellicule rejette, en quelque sorte, les alizés en altitude entraînant une baisse sensible de la force des alizés, voire leur arrêt complet en cours de nuit.
Le matin, le réchauffement diurne, par l'intermédiaire de la turbulence et des mouvements convectifs, résorbe cette pellicule d'air dense. Les alizés se réinstallent donc et se renforcent progressivement.

La brise de pente

En journée, sous l'influence du rayonnement solaire, le sol devient plus chaud que l'air libre. L'air directement en contact avec le sol devient plus chaud que l'air environnant et tend à s'élever le long des pentes.
La nuit, par rayonnement, la surface perd de la chaleur et refroidit la couche d'air en contact. Cette dernière, devenue plus dense que l'air libre, s'écoule le long des pentes.
Ces brises de pentes sont prépondérantes dans les cirques et le long des remparts avec des circulations très complexes compte tenu du relief très tourmenté.
brise de terre Réunion