Quelques situations météorologiques types pour La Réunion

"Soleil matinal rayonnant dans un ciel bien bleu, puis apparition de nuages sur les hauts et les remparts l'après-midi " : c'est le scénario classique dans les micro-régions de l'Ouest et dans les cirques de Mafate et Cilaos.
Le scénario sur les flancs du volcan est bien différent avec son lot quasi-quotidien d'averses.
Il est possible de décrire les trois types de situations les plus courants :
• le régime d'alizé sec ;
• le régime d'alizé humide ;
• la convection sur le relief.

Les schémas suivants représentent une coupe de La Réunion dans l'axe est-ouest. La côte est (façade au vent) est située à droite face aux alizés, tandis que la côte ouest (façade sous le vent) est située à gauche.
Bien entendu, ces schémas ne sont valables qu'en l'absence de système dépressionnaire tropical (⇒ les dangers des systèmes tropicauxou d'autres zones pluvieuses dans les parages de l'île (zone de convergence, front froid, décrit sommairement en fin de page).

Le régime d'alizé sec

Ce type de situation se produit le plus souvent pendant la saison fraîche. L'inversion, alors basse, limite le développement vertical des nuages. Les cumulus, repris par le flux d'alizé, s'accumulent sur les contreforts de la côte au vent mais ne provoquent pas de précipitations.
Le matin, le ciel est bien ensoleillé sur le reste de l'île, c'est-à-dire la façade sous le vent et les cirques (figure du haut).
L'après-midi, les nuages se développent sur les hauts et les remparts. L'extension verticale des nuages reste peu importante puisque l'inversion des alizés est basse. Les principaux sommets de l'île restent donc au-dessus de la couche nuageuse.
En fin de journée, les nuages qui se sont développés sur les hauts glissent en direction du littoral sur les façades à l'abri du vent (figure du bas).
alize sec Réunion
débordement_eclaircies_cirquealize sec Réunion
 
La nuit, les nuages formés par le processus du réchauffement diurne se désagrègent tandis que les cumulus, poussés par les alizés, continuent d'aborder les flancs du volcan. Quand ce régime s'installe de manière durable, il peut provoquer de longues périodes de sècheresse sur l'île.

Le régime d'alizé humide

L'inversion des alizés est cette fois-ci bien plus élevée. Les cumulus qui se forment au-dessus des océans ont une extension verticale suffisante pour provoquer des averses. Ces nuages abordent la façade au vent et engendrent des averses sur les hauts mais aussi localement sur le littoral.
La façade sous le vent, ainsi que les cirques de Mafate et Cilaos, sont protégés par leurs remparts de ces nuages pluvieux. Le temps reste donc bien ensoleillé le matin (figure du haut).
À la mi-journée, la convection se met en place et les nuages bourgeonnent. Compte tenu de l'inversion élevée, les sommets s'ennuagent et des averses se produisent sur les hauts.
Dans l'après-midi, les nuages glissent vers la mer des zones sous le vent, provoquant le cas échéant des averses sur le littoral ouest.
alize humide Réunion
TERRA_alizes_humides_2009alize humide Réunion
 
 La nuit suivante, les nuages se désagrègent sur les hauts de la façade sous le vent, tandis que sur la côte au vent les nuages, poussés par les alizés, engendrent des averses.

La convection sur le relief

Cette situation décrit une journée classique de saison chaude lorsque La Réunion est épargnée par les systèmes tropicaux organisés (perturbations, dépressions, tempêtes, cyclones).
L'anticyclone des Mascareignes s'est éloigné et n'a plus une influence prédominante sur l'état de l'atmosphère. Les alizés sont devenus faibles et ne poussent plus les cumulus sur la côte au vent. L'inversion des alizés a disparu et ne limite plus le développement vertical des nuages.
Le matin (figure du haut), le ciel est généralement bien dégagé sur l'ensemble de l'île, mais rapidement des cumulus se forment sur les hauts et les remparts.
Ces nuages gonflent et envahissent rapidement l'intérieur de l'île. Tous les sommets sont désormais dans les nuages. Des averses débutent à la mi-journée dans les hauts puis se généralisent. Certaines zones côtières peuvent être affectées (figure 2).
Dans le cas d'une atmosphère très instable, les nuages poursuivent leur développement vertical et atteignent alors le stade de cumulonimbus. Ces nuages, dont l'extension verticale dépasse 10 km, engendrent de très fortes averses et sont à l'origine des orages(figure 3.
convection_relief_matin Réunion
convection_relief_AM Réunion
convection_relief_orage
En soirée (figure du bas), le sol se refroidit, entraînant l'arrêt des mouvements ascendants à l'origine de la formation des nuages. Les nuages commencent alors à se désagréger en début de nuit pour laisser un ciel bien clair en fin de nuit, ainsi qu'en matinée suivante où le même cycle va se reproduire.
convection_relief_nuit

Le front froid

Certaines perturbations des moyennes latitudes parviennent parfois jusqu'aux latitudes tropicales. C'est le cas notamment des fronts froids. Les fronts délimitent deux masses d'air avec des caractéristiques thermiques différentes.
Les fronts qui concernent les Mascareignes sont associés aux dépressions extratropicales qui circulent vers 40° ou 50° de latitude sud.
Dans le cas des fronts froids, de l'air froid provenant du sud "pousse" de l'air chaud plus au nord. La bande frontale, c'est-à-dire la séparation entre les deux masses d'air, est constituée de nuages accompagnés de précipitations et de rafales de vent, voire parfois d'orages. 
Les fronts qui parviennent jusqu'aux latitudes tropicales arrivent souvent sous forme atténuée mais apportent un temps nuageux et des précipitations faibles à localement modérées.
front froid

Ces fronts froids s'accompagnent fréquemment de houle (modérée ou forte et de grande longueur d'onde) qui va toucher les côtes ouest et sud de La Réunion et qui peut engendrer des dégâts comparables à ceux occasionnées par les houles cycloniques. A l'arrière des fronts froids, le flux s'établit temporairement au sud, ce qui provoque une baisse sensible des températures.
Pour exemple : le front froid qui a touché La Réunion en fin de nuit du 12 au 13 septembre 2015 (vue en approche de La Réunion) et qui a arrosé l'ensemble de l'île avec des précipitations localement marquées sur le nord-ouest (peu habitué à voir tomber autant de pluie lors d'un mois de septembre). A l'arrière du front, une houle de sud-sud-ouest a déferlé sur les côtes ouest et sud avec des hauteurs moyennes de 4m (soit 8m pour les plus hautes vagues). Les températures ont fortement baissé dans la nuit du 14 au 15 (-0,8°C sous abri à la Plaine des Cafres à 1560 m d'altitude).